UA-68701235-1

26/11/2015

Le climat est l'affaire de tous…avec mes services, je m'y engage au quotidien

environnement,cop21,innovation

Nous percevons aujourd'hui - toujours plus proche de nous - les effets du réchauffement climatique. L'été 2015, avec une moyenne des températures en juillet de 24,2°, soit + 4% par rapport à la norme, en est un exemple. Je suis donc convaincu que, s’il est utile de promouvoir des concepts, il avant tout primordial de les concrétiser.

C'est avec cet objectif et dans la perspective de la Conférence sur le climat (COP21) que le plan climat cantonal a été présenté hier et que j'ai exposé en conférence de presse les axes de travail de mon département, en matière de transport, de développement durable et de protection de l'air que de protection de la population.


En matière de transport, vous le savez, les députés se prononceront bientôt sur la loi cadre de la mobilité, une paix des transports à l'horizon, qui permettra d'organiser la mobilité de manière coordonnée selon une logique d'axes et de zones. Mais le département n'a pas attendu cette loi pour agir avec la logique suivante "un véhicule qui roule est un véhicule qui pollue moins".

Aussi onde verte et feux clignotants sont réalisés. Pour réduire le nombre de véhicules sur les routes, nous avons créé le projet INTERREG, et conçu un moteur de recherche intuitif et accessible, capable de centraliser toutes les offres de co-voiturage du bassin lémanique et qui répond avant tout aux demandes des déplacements pendulaires.

De plus, nous travaillons aujourd'hui avec les entreprises selon une logique partenariale, avec pour but de mettre sur pied des plans de mobilité d'entreprise efficaces. Pour réduire les nuisances liées aux carburants non-propres, nous avons entamé une petite révolution: le trolleybus TOSA, 100% électrique, sans oublier le plan d'action sur la mobilité douce, adopté par le Conseil d'Etat et sur lequel se prononceront les députés prochainement!

Le deuxième axe de travail se concentre sur la durabilité de l'activité économique et plus particulièrement le transport de marchandises. "Du champ à l'assiette il n'y a qu'un pas", voilà le leitmotiv du label GRTA, véritable marque "zéro kilomètre" que nous développons. Réduire la distance entre le lieu de production et celui de la consommation c'est autant de déplacements de marchandises en moins. Grâce à un excellent travail de mes services, la demande pour ce label ne cesse de croître. 

Construire…autrement, c'est justement ce que promeut l'Etat en proposant aux milieux économiques des instruments pour changer de paradigme et faire du déchet une ressource. La plateforme GENIE.CH en est un bel exemple, véritable réseau social et outil pour apporter des réponses concrètes aux entrepreneurs genevois qui souhaitent s'inscrire dans une logique de respect environnemental tout en répondant à leurs objectifs de performance économique.

Enfin, lorsque la prévention ne suffit plus et que les pics de pollution se déclarent, mon département a mis en place une démarche ambitieuse mêlant mesures coercitives – comme la limitation de la vitesse sur l'autoroute à 80 KM/H - et incitative, comme le tarif réduit sur tout le réseau des transports publics et bientôt…la circulation alternée sur base volontaire.

Agir en réseau, à l'échelle internationale, c'est aussi le souhait du Conseil d'Etat, en favorisant les synergies entre les acteurs de la Genève internationale de l'environnement afin d'accroitre l'impact à l'international. Comme nous le savons, les effets néfastes du réchauffement climatiques ne connaissent, eux, pas de frontière.

Le DETA travaille donc à protéger les personnes, les biens et la biodiversité, en anticipant et gérant les risques d'inondations et autres dégâts naturels, en préservant nos ressources comme l'eau contre d'éventuelles pénuries et en luttant contre la propagation des plantes allergènes.

 

Luc BARTHASSAT

12:42 | Tags : environnement, cop21, innovation | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bravo !

Écrit par : Ndoye Gorgui | 26/11/2015

Dixit un homme qui roule en Toyota hilux au centre ville, la bonne blague.

Écrit par : Louis Suher | 27/11/2015

Depuis que j'habite Plainpalais, je n'utilise plus mon utilitaire acquis lorsque j'étais encore à mon compte.

Écrit par : Luc Barthassat | 27/11/2015

"De plus, nous travaillons aujourd'hui avec les entreprises selon une logique partenariale, avec pour but de mettre sur pied des plans de mobilité d'entreprise efficaces."

Les taxis se sont mis à votre disposition pour étudier les principaux noeuds et sont venus avec des solutions.
Aucune n'a fait l'objet d'une étude sérieuse suivie de réalisations.
Les ondes vertes n'existent pas pour la simple raison que les sémaphores sont trop vétustes pour êtres pilotés à distance. Et les projections de vos technocrates de la mobilité tiennent sur des prémisses pour le moins discutables puisque vous ne disposez pas des outils qui vous permettraient d'analyser la situation en temps réel.

Bref, encore de la communication. Des mots, mais toujours pas d'actes.
Nous restons cependant disponibles.

Écrit par : PIerre Jenni | 27/11/2015

Les commentaires sont fermés.