UA-68701235-1

15/12/2017

Débat budgétaire sur la politique de l'environnement - aux 19 abstentionnistes qui ont préféré se défiler …

On me reproche à demi-mots de ne pas développer une politique environnementale assez ambitieuse, à la hauteur des urgences climatiques et sanitaires auxquelles notre canton doit faire face. Permettez-moi de vous détromper en évoquant par exemple le programme GEothermie 2020, conduit par mon département, qui avance avec une rapidité insoupçonnée à l'origine. Après la phase de prospection qui a permis de confirmer le potentiel de notre sous-sol, un premier forage à 650 mètres de profondeur est en cours. Ce programme permettra à terme de se passer quasiment d'énergie fossile pour le chauffage et l'eau chaude, tout en contribuant à l'assainissement de l'air par la suppression des chaudières.

IMG_0657.jpg

C'est toutefois dans le domaine de la qualité de l'air que ma politique est objectivement plus ambitieuse et efficace que celle de mes prédécesseurs. La principale source de pollution au niveau local étant le secteur des transports qui génère à lui seul près de deux tiers des émissions totales d’oxydes d’azote (NOx) et plus de la moitié des émissions totales de particules fines (PM10), il m'est apparu nécessaire et crucial d'engager des efforts supplémentaires pour réduire à la source la pollution provenant des principaux émetteurs du secteur des transports, trafic automobile compris.

En effet, convaincu que la réduction des émissions dues au secteur des transports passe par la répartition des efforts entre l'ensemble de ses acteurs, ainsi que par le développement de nouveaux modes de mobilité pour répondre aux besoins d'usagers de plus en plus « multimodaux », j'ai initié et réalisé divers projets novateurs, avec comme base de travail trois documents fondateurs, eux-mêmes totalement innovants, à savoir :

  1. la Stratégie de la protection de l'air 2030, document inédit en Suisse, qui a été adoptée par le Conseil d'Etat le 16 décembre 2015;
  2. la loi pour une mobilité cohérente et équilibrée (LMCE ; H 1 21), largement adoptée le 5 juin 2016 par les Genevois;
  3. la Stratégie de l'électromobilité 2030, adoptée par le Conseil d'Etat le 28 juin 2017.

En sus des actions susmentionnées, qui ciblent les émissions du secteur des transports, les installations de chauffage, dont les émissions de NOx sont estimées à près de 20% des émissions locales, font l'objet d'un contrôle et d'un suivi intensifiés par mon département depuis quatre ans. Cet effort a donné lieu à un assainissement de plus de 6'000 chaudières, ce qui représente le quart du parc genevois.

La pollution de l’air étant le résultat d’une multitude de sources d’émissions locales ou régionales (Grand Genève), elle ne peut être réduite de manière notable qu’à moyen, voire long terme. Néanmoins, je suis en mesure de vous informer que les différentes actions et projets réalisés ces dernières années par mon département ont permis en 2016 :

  • une baisse d'environ 5%, par rapport à l'année 2010 des émissions de NOx et des PM10 dues au trafic des voitures de tourisme;
  • le respect des exigences fédérales en vigueur s'agissant des concentrations maximales admises dans l'air des NOx et PM10.

Cette évolution positive m'encourage à poursuivre les efforts afin d’améliorer la qualité de l’air que nous respirons et à continuer d’explorer de nouvelles pistes d’améliorations en associant, à chaque fois, les acteurs concernés (communes, entreprises, associations, etc.).

Mon action ne s'est toutefois pas limitée à la protection de l'air. Je vous donnerai ainsi encore quatre exemples marquant dans d'autres domaines faisant partie de la sphère de responsabilité de la direction générale de l'environnement :

  1. La collecte des déchets de cuisine tout d'abord, avec l'opération "La P'tite poubelle verte", menée main dans la main avec l'ensemble des communes et qui, avec la fin des tolérances communales pour les déchets des entreprises, doit nous permettre d'atteindre ce fameux 50% de recyclage des déchets urbains que nous visons depuis tant d'années;
  2. Le wagon de chlore ensuite, qui traverse Genève quotidiennement. La mobilisation par Genève des cantons de Vaud et du Valais a permis de mettre la pression sur Berne avec au final la signature de la déclaration conjointe II par les CFF, l'OFEV, l'OFT, Scienceindustries et les propriétaires de wagons-citernes;
  3. Le danger représenté par les substances dangereuses lors des travaux de démolition ou de transformation des bâtiments a pour sa part fait l'objet de la grande campagne "Travaux sans dangers" destinée aux milieux concernés, propriétaires, régies, entreprises du bâtiment, ouvriers, bricoleurs, etc;
  4. Et finalement Genie.ch, premier et unique réseau social suisse d'entreprises destiné à la promotion et à la mise en œuvre de l'écologie industrielle.

Avec tout mon respect aux 60 députés qui m'ont suivi et ont validé ce jour les efforts de mon département en matière d'environnement.

Luc Barthassat

 

18:53 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.